Aux larmes ! 13


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Aux larmes ! Aux larmes !
Je les ai entendues crier, hurler, puis pleurer
Toutes les larmes de leurs corps...

Aux larmes ! Aux larmes !
Ce fut plutôt étrange comme cri d'alarme
À l'encontre de la prolifération des armes
De la violence armée, de l'arme de la violence
De nos cités instruites ou construites autour d'une publicité
qui nous vend ou nous vante l'idée d'une adversité.
Un affrontement présumé réel entre communautés
Et on les expose sous prétexte qu'elles vont bientôt exploser...
Qui n'a pas eu déjà droit à cette chronique d'une guerre annoncée ?
Entre le sol et le sang des français
On prétend que les deux en ont assez

Aux armes disent les uns !
Aux larmes répondent les autres ! Les filles, les sœurs, les mères.
La paix civile est menacée... c'est la guerre
Trop c'est trop d'immigrés
Qui remettent en cause notre identité, notre laïcité, notre sécurité
Qui refusent désormais de s'intégrer, de s'assimiler, de se fondre.

Deux écueils à déplorer, deux dangers à signaler
Primo : le petit déclassement
Secundo : le grand remplacement.

À cause de la main d'œuvre étrangère et à bon marché
Les pauvres français sont encore plus pauvres :
Ils sont déclassés et délaissés, pour ne pas dire méprisés ou ignorés.
À cause de la croissance démographique des immigrés
et des enfants d'immigrés, ils sont de plus en plus nombreux à exaucer leurs vœux, en imposant leur culture et leurs coutumes, leurs yeux dans nos yeux.

Mieux encore : leur religion, leur Dieu.
C'est l'islam et les musulmans qui occupent ou usurpent les lieux.
Qu'ils soient modérés ou immodérés, on ne parle plus que d'eux.
On redoute leurs extrémistes et on doute des plus sages d'entre eux.
Parce qu'en creux, ils sont entrain de saper les fondements de notre civilisation gréco-latine et judéo-chrétienne.

Pire encore : notre pays est entrain de changer de main, de destin.
C'est la fameuse théorie du grand remplacement.
En somme : non seulement la France ne profite plus à la France
Mais elle est en passe de cesser d'être la France.

Aux larmes ! Aux larmes !
Crient les femmes qui n'ignorent pas ces faits d'armes
Mais les contestent et pestent contre ceux qui les attestent
De deux choses l'une, disent elles :

Si c'est faux, la France est entrain d'opposer le frère à son frère, et de provoquer une guerre civile qu'elle ne peut pas gagner parce que le monde n'est plus ce qu'il était.

Si c'est vrai, à quoi ça sert de l'implorer ou de le déplorer, le mal ou le bien est déjà fait. La France est en passe de devenir arabo-musulmane.

Pourquoi les femmes pleurent-elles alors ?
Ce n'est pas à cause de l'islamisation de la nation française, mais parce qu'elles savent qu'il ne s'agit que d'une instrumentalisation de l'islam pour "mondialiser" la France et en faire le fer de lance de la mondialisation des biens, des liens et des riens.

Mais à quoi bon la mondialisation ?
Vous êtes sérieux ou un peu con ?
On mondialise parce qu'on réalise que le monde est trop petit pour tous les grands...
Qu'on a besoin de l'ouvrir pour le servir et l'asservir... l'ouvrir à tous... et par tous les moyens...
Parce que la faim des uns et la soif des autres, justifient tous les moyens...
On a besoin d'argent... donc de marchands, donc de marchandises, donc du plus grand marché, c'est à dire du monde... pour vendre nos armes et nos larmes.

Les musulmans n'y sont pour rien.
Si on vous dit le contraire, on vous ment.

Aux larmes ! Aux larmes !
Les femmes pleurent parce que les hommes ne les font plus rire.

 

Share Button


13 commentaires sur “Aux larmes !

  • avatar
    Pascal

    Une perle d’Aux larmes, sur le débat pour présidentielles autour du souverainisme versus mondialisme, l’instrumentalisation de l’islam, le fait que les musulmans n’y sont pour rien.

    Ceci dit, si besoin d’argent dans ce paradigme, et que dans l’idée d’un autre, il y a aussi une forme d’internationalisation de la façon de « produire », et que le protectionnisme marchand peut être un piège, que le retour au « souverainisme » est discutable suivant ce qui va avec, que le problème économique ne vient pas des migrants, le statut du travailleur détaché sur la zone européenne pourrait être revu (du fait que ceux de pays de l’Europe de l’est sont instrumentalisés par des multinationales qui ne respecteraient en plus pas certains trucs et qui fait que certains des travailleurs détachés ne sont pas des mieux lotis / peuvent en pâtir eux aussi, Cash investigation avait fait un reportage sur le thème, du moins proche du problème, me semble), ainsi que la façon de créer la monnaie et cætera : Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie : http://www.dailymotion.com/video/x27bph2_bernard-friot-et-frederic-lordon-chez-tropiques_news

    Et les hommes pourraient alors avoir plus de temps pour tenter d’à nouveau faire rire les femmes ;o.

    Pour ceux qui souhaitent faire un don à Personne, à l’Artiste, vous avez le bouton à gauche de la vidéo, et sur la page https://www.lejournaldepersonne.com/carte-dabonnement/
    Mais au cas-où, le voilou aussi ci-après.

    Si vous tombez sur ce billet sans avoir trop vu les vidéos de Personne, que vous découvrez plus ou moins, vous pouvez voir d’autres billets sur : https://www.lejournaldepersonne.com/category/recueil/





    Mission rire

    Vigilant : « Alerte, alerte, on rapporte des chutes de salines des cieux de gentes dames ici et là ! Que faire pour les consoler ? »

    Réflexion : « Euh, il faut les faire rire ?! Zygomatique, vous pouvez vibrer les premiers mots, lancer l’inspiration ? »

    Zygomatique : « Euh, le souci, c’est que le sujet n’a pas le cœur présentement à rire, ce qui n’est pas évident pour faire rire, je sens comme un blocage ! »

    Réflexion : « Cœur ? Qu’est-ce qui se passe ? »

    Cœur : « Je compatis pour la tristesse des femmes, et puis l’état du monde, les politiques, leurs instrumentalisations… Malgré le potentiel, tout ça fait que voilou ! »

    Réflexion : « Bah ! Si nous compatissons, il faut bien appliquer une solution, sinon, on va en rajouter à leur tristesse ! »

    Cœur : « Certes ! Mais c’est plus facile à dire qu’à faire ! »

    Vigilant : « Peut-être s’inspirer d’humoristes ?! Dieudonné par exemple ? »

    Cœur : « On ne connaît pas son répertoire, pas plus que d’autres ! Et si on pourrait regarder des scènes ou en diffuser en masse, c’est quand même mieux si ça vient de nous, non ? »

    Réflexion : « J’ai comme un gros doute que cela soit mieux. Diffuser pourrait être une idée… Après, on peut toujours tenter d’en trouver une à faire rire à gorge déployée, mais il faudrait que l’inspiration vienne ! »

    Vigilant : « Ô ! Muse de l’esprit titilleur, que la grâce de votre poussière d’étoile vienne révéler des mots pour au moins faire sourire ! »

    Zygomatique : « Je ne crois pas que ça marchera comme ça… Quoique ça commence un peu à me chatouiller, mais moi c’est moi ! »

    Cœur : « J’ai une idée ! »

    Réflexion : « Laquelle ?! »

    Cœur : « J’allais la dévoiler, mais l’idée vient de m’échapper ! »

    Réflexion : « Genre ! »

    Cœur : « Non, mais, c’est vrai ! Ah, la voilou ! »

    Réflexion : « Euh, alors ? »

    Cœur : « Elle m’a encore échappé ! »

    Réflexion : « Pfff… »

    Cœur : « Huhu, non, mais la voilou : on raconte l’histoire de comment on n’arrive pas à faire rire ! »

    Réflexion : « Mouais… Pas convaincu de l’intérêt. Ou alors… Il faudrait trouver une chute au moins un peu drôle ! »

    Zygomatique : « Je crois que muse fée rire m’a soufflé quelques mots !

    Des politiciens se font face, lancent un débat sur l’état de la France. Chacun y va de ses tirades, une va jusqu’à brandir le risque de guerre civile et parler du fait que tout est de la faute des étrangers.

    Au moment où ils doivent répondre aux questions de l’assemblée, un prend le micro et dit : Vous, madame rose bleue, vous avez bien raison. Je suis français depuis x générations, du moins du côté de mon père, du côté de ma mère, du fait de ma mère-grand c’est plus compliqué, mon grand-père maternel je sais plus trop, toujours est-il que dans ma zone géographique, je fais ce genre de constat, que ça va pas à cause des étrangers, ceux qui partagent pas notre culture !

    Une assise à côté de lui, voilée, commence à s’insurger : Je suis convertie, mais je suis française ! Et si vous dites, mesdames et messieurs que les problèmes sont du fait de notre présence, vous risquez pas d’appliquer de solutions qui éloigneraient de la guerre civile ! Je veux dire que si elle a lieu, c’est parce que vous l’auriez voulu d’une certaine façon !

    Alors que la madame rose bleue est prête à reprendre la parole, jetant un regard mauvais à la voilée, l’autre répond : Non mais, c’est peu de ce que je voulais dire, en fait !

    La voilée, surprise : Euh, je crois que j’ai pas compris !

    Son interlocuteur : Ben, les étrangers, se sont les politiciens qui ne partagent pas le sort du peuple ! Qui instrumentalisent nos religions et les conflits, voire attisent suivant leurs décisions politiques, en espérant que l’on votera pour eux et qu’ils pourront être à l’Elysée ! Sans mise en place de solutions pour nous ! Qui ne sont pas celles qu’ils nous proposent. En tout cas, je ne pense pas !

    La voilée : Aaaah !

    Les politiciens sur l’estrade, en chœur : Si vous pensez que c’est si simple, vous avez qu’à vous présenter à la prochaine élection pour présenter votre programme !

    Le parleur : Vous ne m’avez pas bien écouté ! Je pense que c’est simple sans l’être, ce qui est compliqué, c’est que le jeu des élections dans le cadre actuel fait que les citoyens peuvent s’y perdre, s’y diviser ! C’est pas comme si c’est la pertinence de vos idées, et encore moins l’assurance de leurs applications, qui vous fera être élu !

    Deux politiciens : Vous êtes bien impertinent ! Et vous ne faites pas avancer le débat pour les élections à venir ! Quelqu’un d’autre à une question ?!

    La voilée : Ne pensez-vous pas qu’il a raison ?

    Le politicien marcheur : Lisez mon programme, je pense à d’éventuelles solutions ! Je suis pragmatique !

    La madame rose bleue : Moi aussi, à ma façon !

    Le politicien marcheur : Au niveau des chiffres, votre programme ne tient pas la route et n’arrangera rien !

    Le monsieur costume : Je pense que madame rose bleue marine a en partie raison, mais en partie ! J’ai des solutions bien mieux pour redresser la France !

    L’insoumis : Je pense qu’il a en partie raison, pas le dernier qui vient de parler, pas mon collègue politicien, mais celui sur qui porte la question. Et c’est pour cela, qu’une fois élu, je compte bien redonner le pouvoir aux français, d’une certaine façon ! »

    Réflexion : « Euh, jusque là, je vois pas grand chose de drôle ! Où est-ce qu’on doit rire ?! Ou alors tu aurais dû t’arrêter au Aaaah ! ? »

    Zygomatique : « Attends !

    Suite aux paroles de l’insoumis, les autres politiciens s’insurgent, se chamaillent.

    Celui qui avait critiqué les politiciens reprend la parole : Voyez comme vous vous disputez ?! Sans idées de solutions dont vous pouvez nous assurer que vous appliquerez ! Alors que vous n’avez aucun souci de sous et tout ! Même ceux d’entre vous mis en examen ! Alors vous pensez pas que les problèmes sont ailleurs que ce que vous considérez être des différences, ailleurs que ce que vous considérez être des soucis d’intégration et compagnie dans les banlieues ?!

    La voilée opina et ils sortirent ensemble de la salle. »

    Réflexion : « Moralité : n’est pas Dieudo, n’est pas humoriste, n’est pas rigolo qui veut ?! »

    Zygomatique : « Huhu… Non, m’enfin, oui et non !

    Moralité : Les politiciens sont des humoristes qui s’ignorent à faire pleurer les rires ! »

    Réflexion : « Euh, je vois pas ce que la chute a de drôle ? »

    Zygomatique : « Moi non plus, mais c’est tout ce qui m’est venu à l’esprit pour le moment ! Alors, adjugé ? »

    Réflexion : « Mouais… Mais non, il faudrait trouver autre chose !  »

    Zygomatique : « La farce, ce qu’il y a de rigolo, ce sont les élections ?! »

    Réflexion : « Vachement drôle ! »

    Zygomatique : « Merci ! »

    Réflexion : « C’était ironique ! »

    Zygomatique : « Bah, alors quoi ?! »

    Réflexion : « Euh, il vaut mieux se presser de rire avant les urnes ?! D’un Beau Marché national ?! Euh, oui, bon, non plus… »

    Zygomatique : « Moralité : les politiciens sont drôles sans faire rire ?! Et l’on peut en rire sans qu’ils soient bien drôles ? »

    Réflexion : « Mouais, bon, ça me fait pas vraiment rigoler, mais d’autres peut-être, et bon, bref, adjugé ! »

  • avatar
    Revolta

    Mais non mais non, la France n’est pas en passe de devenir musulmane. Est-ce que l’Algérie est française et Chrétienne ? Pas que je sache. Les conflits qui montent, et dont l’on craint ou souhaite, selon que l’on soit manipulé ou manipulateur, qu’ils soient soit ethnico-religieux n’aura pas lieu. Ou bien comme cerise, mais pas comme gâteau.

    Car ce qui monte aujourd’hui est d’un autre souffle. C’est le peuple révolté contre ses élites.

    Et le monde musulman, dans ses préoccupations communautaires, n’est ni le peuple ni l’élite. Il y aura bien quelques casseurs de la gaucho-fachosphère pour essayer d’agiter leurs copains caïds des banlieues, avec la bénédiction, voire l’aide de l’internationale-Soros, mais les banlieues ne sont pas la France, et ne s’agitent que lorsque l’on dérange leurs petites combines.

    Le souffle libérateur qui monte est bien celui du peule contre les dirigeants politico-affairistes. L’on pardonne à Poutine ses milliards parce qu’il défend les intérêts de la Russie. Tandis que nos dirigeants bradent notre pays et notre peuple au libérallsme.

    Macron est pitoyable à oser faire une heure sur la culture française après avoir expliqué qu’il n’y avait pas de culture française, pressé qu’il est par ses maîtres de faire disparaitre ce qu’il nous reste d’identité. Tollé général, alors le voilà trois jours après qui dit tout le contraire. Monsieur fait là où on lui dit de faire pour plaire à tout le monde, de Robert Hue à Bayrou en passant par Delanoe et Le Drian, et tous ceux qui fuient ce demi-niais de Hamon qui a hérité d’un catafalque. Pour garder qui un ministère qui un siège de député. Macron a dit, si j’ai bien entendu, qu’il garderait Marisol Touraine. Eh oui, le ménage à trois avec le labo Servier qui crache au bassinet de ces môssieur-dadame imposés sur la fortune et qui n’en ont jamais assez, de flouze et de nous prendre pour des cons.

    Fillon s’étrangle dans son Loden et son Burberry. J’y ai cru, à ce qu’il disait être, un homme droit, un patriote. C’était lui ou Marine, dans les deux cas la France pouvait retrouver un peu de sa superbe.

    Quand à Marine, c’est notre Trump et notre Poutine à nous, les Patiotes. On se fiche de ce qu’ils ont, on ne voit que ce qu’ils veulent ou font pour leur pays et leur peuple.Et en premier lieu le ré-industrialiser la France et de s’occuper des Français, le contraire étant une infamie sans nom. La Saucisse Maquerelle a déclaré qu’elle recevrait tous les prétendants sauf Marine, parce qu’elle est contre les migrants et pour les frontières. L’Allemagne décide pour l’Europe et pour nous. Trump ne lui a pas serré la main pendant leur rencontre officielle, un vrai petit régal, de voir ça.

    Reste Mélanchon, qui n’a aucune chance mais qui va la prendre. Parce qu’il est fin, meneur d’hommes, grande gueule, sincère, courageux, pas pourri, patriote à sa sauce multingpot mais patriote quand même, et qu’il sent le vent de l’Histoire. Il veut être l’Homme de la nouvelle Révoltuion Française. Il a donné rendez-vous demain pour la VIème République. Et comme par hasard demain il n’y a plus de gare de Lyon, plus non plus de je ne sais plus quelle gare, il faudra paser par Marne la Vallée du côté de Dysney Land. C’est pas grave, il ne se découragera pas, il y croit, au mécontentement populaire. S’il avait pu, mais il ne le peut pas, c’est génétique chez lui, il aurait fait alliance avec Marine. Ils ont les 9/10ème de leur vision et de leur programme en commun ; le bât blesse sur l’immigration, pas sur le reste.

    il le dit lui-même, son enfance au Maroc où il est né (de parents français nés en Algérie, eux-même enfants d’Espagols) lui est resté comme un rêve. Je pense que ça vient de là, son côté abrupt sur l’immigration. Il aime à se retrouver dans son élément natal. D’ailleurs il vit avec une Marocaine. Tout ceci expliquant tout cela. Pour avoir aimé les senteurs et les saveurs, les paysages, la chaleur humaine des populations autochtones dans ces régions, je le comprends. Mais transposé dans la grisaille de nos métropoles et ses conditions sans poésie, le rêve ne tient plus. Mélanchon refuse qu’ils se lésaede. C’est son petit déni de réalité à lui, qui le rend si tranchant.

    Alors qu’il serait temps de faire des alliances de Salut Public entre Mélanchon, Marine, Dupont-Aygnan, Asselineau, Poisson, Guaino, contre les tenants du libéralisme économique, ça pourrait même passer au 1er tour. Ils ne le feront pas et nous risquons d’ être macronisés à mort ! A moins que Mélanchon ne réussisse à paralyser la France avant les élections.

    Bon, je suis fatiguée, je ne me relis pas, tant pis ; mais je vous laisse une photo de Mélanchon jeune et un petit texte sympa s trouv sur le net :

    « Il existe deux Jean-Luc Mélenchon. Côté face, l’homme public, le tribun, le politique entier, le républicain ardent défenseur de la laïcité, le rentre-dedans et le colérique toujours en ébullition au vu des injustices criantes de notre société.
    Côté pile, un personnage attachant, prévenant, discret, un individu à l’affectivité à fleur de peau ayant toujours réussi à maintenir fermées les barrières, quasiment des hauts murs, clôturant sa vie privée. Certes, il se doutait bien qu’en se lançant dans l’arène présidentielle il lui faudrait lever un coin du voile. Contentons-nous de toutes petites ouvertures, tant le gars Mélenchon peut être pudique dès qu’il s’agit de parler de lui…
    Les ancêtres d’Espagne
    Il est né au Maroc, à Tanger, le 19 août 1951. Pour les amateurs d’astrologie, c’est donc un Lion ; tendance rugissant.
    Une petite fille l’avait précédé au foyer de Georges Mélenchon, receveur des PTT (mais aussi cofondateur de la station de radiotélécoms locale), et de son épouse Jeanine Bayona, une institutrice profondément humaniste. Un père et une mère tous deux d’origine espagnole – on ne peut s’étonner qu’aujour- d’hui il soit passionné par les mutations dans les pays d’Amérique du Sud – devant lesquels le jeune Jean-Luc sera véritablement en admiration.
    À Tanger, dans ces années 1950, les Mélenchon vivent simplement. La grande journée, c’est le dimanche, où tout le monde peut profiter de la plage et du soleil. Mais auparavant, Jean-Luc et sa sœur ont suivi leur maman à l’église. Il a encore dans l’oreille la jolie voix de sa mère s’élevant sous les voûtes alors que lui était occupé à servir la messe et à répondre en latin, sans tout comprendre, à l’officiant.
    Cette éducation chrétienne l’a évidemment marqué pour le restant de ses jours, même s’il a pris ses distances avec l’Église et la religion. On notera simplement qu’en 2008, après un discours de Nicolas Sarkozy au Vatican demeuré célèbre, Jean-Luc Mélenchon a écrit une « réplique » à ces propos, un petit livre discrètement dédicacé à « Jeanine Bayona, institutrice, ma mère ».
    Jean-Luc Mélenchon a 9 ans quand ses parents divorcent. L’enfant est perdu, désorienté, mais la blessure sera encore plus vive deux ans plus tard, en 1962, lorsqu’il faudra quitter Tanger pour s’installer avec sa mère à Yvetot, dans le pays de Caux. « La faille fondatrice », a-t-il coutume de dire.
    Les Normands collent pile-poil à ceux dépeints par Maupassant. Aux conditions matérielles très difficiles de la famille, il faut ajouter les brimades, les attaques des petits copains qui ne l’appellent que « le bougnoule ». Une année terriblement difficile avant qu’il ne prenne le dessus, s’acclimate et fasse les 400 coups propres aux enfants de son âge dans le HLM et la campagne environnante.
    Quelques années plus tard, nouveau déménagement. Direction le Jura. On n’est pas loin de mai 1968. Lorsque éclatent les « événements », à Lons-le-Saunier, les lycéens se retrouvent vite avec un leader naturel, capable de cristalliser son auditoire. Jean-Luc Mélenchon comprend alors qu’il a trouvé son chemin… »

  • avatar
    Tony

    Alarme meuh …
    ha vi sa a fait pensez a sa , désoler mais ses tellement vrai que le frais fait place a l effroi
    quelle drôle de société , l humain a toujours e u ce besoin de se soumettre a la concurrence pour savoir qui est le coupable chez sont voisin , contemporain , la religion est un heureux euphémisme car elle a aussi a particularité de trouver la stupidité dans le jeu du pigeonnier , voyageur a ces heurts , aussi la conscience qui s avance nous remet toute réalité , Brut »es » !!!!
    O Larme est une science sans conscience quand elle fait couler le sang alors qu elle devrez faire circuler les sens
    et quand elle contamine on payes pas de mines :

    Traduction: « Quand il s’agit de catastrophes environnementales, les retombées nucléaires de Fukushima ne pourraient être classées que parmi les pires qui ce sont produit au cours des dernières décennies. Andrew Kishner, fondateur d’www.nuclearcrimes. org a mis en place une grande ressource d’information qui dévoile ce que s’est développé au fil du temps à Fukushima découlant de l’accident nucléaire. Vous pouvez vérifier sa recherche ici: http://nuclearcrimes.org/

    « le coeur de la centrale de Fukushima ne cesse de s’aggraver… bien pire… c’est, tout simplement, une perte de contrôle des flux de la mort et de la destruction. TEPCO a enfin admit que le rayonnement a eu des incidences graves sur l’Océan Pacifique depuis le début. Et ce n’est pas terminé… Je me trouve partagé entre les émotions de tristesse et de colère…
    . »
    http://alternativemediasyndicate.com/2017/03/10/fukushima-radiation-days-eating-pacific-ocean-fish-worse/

    a quand les cigognes revienne dans nos parlement
    brisons les murs ou construction entre civilisation qui revienne de loin des ponts , une révolution pour de sens , une prise de la pastille , jusqu en république en passant par la nation d hier

    l’appel du 18 mars de Jean-Luc Mélenchon*

    blog du Yeti

    http://yetiblog.org/index.php?post%2F2315

    https://www.facebook.com/events/398733473832681/

    https://www.facebook.com/JLMelenchon/photos/gm.1525372507475593/10155175787728750/?type=3&theater

    A l ‘ Âmeeeeeeee :

    Pendant ce temps-là au Parlement européen…

    Son bébé dans les bras, la députée suédoise Jytte Guteland lance un appel contre la famine dans le monde.

    https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1822318378017801/?hc_ref=NEWSFEED

    avec toutes les nouvelles technologie pour disposez dans un peu plus de bonheur pour l Humanité et non l inverse , détruire et asservir et un minium d orga on aurez pas tout sa
    vi c est ogique mais ce n est pas pratiquer , pas assez de solidarité de solide art idée , trop peu de fraternité dans un monde politique qui ne vise que les plus faibles sans arrêt a quelques exception prêt
    je ferez bien du coluche mais il a déja tout fait , et dieuoner ses embourber , de toute façon il fait trop dans le cynisme sa joue contre tous , sauf ceux qui on se besoin d en rire
    question de besoin d interet lol , dans des conditions , vi mais lequel , les enfants de la terre sont unie parqu il marche sur elle , regarde sont ciel en rêvant d étoile

    de nouvelles quêtes ,Féroce

    https://www.facebook.com/ferocefrance/videos/1676504425978880/?pnref=story

    dans un nouveau systeme plus audacieux , tendancieux a la sortie de c est concurrence , dans plus d appartenance au meme racines qui nourrie tout les êtres
    salutation fraternel

  • avatar
    Revolta

    A la radio ce matin Finkielkraut et je ne sais qui sur l’identité, l’immigration, et le pape. Très intéressant sur ce fond de commerce moral qu’est l’immigration .

    L’on voit bien ici qu’aimer son lointain « prochain » et lui tendre la joue gauche, participe de l’incroyable pression morale de « l’amour de l’autre » prise en otage par des politiques qui l’utilisent à coups de mauvaise conscience et culpabilité contre les autochtones (nous,) pour servir des fins parfaitement sonnantes, trébuchantes, et immorales côté libéralistes ; des visions humanistes franc-maçonnes qui ont détrôné Dieu pour mettre l’homme à sa place côté gauche mélanchonnesque ; ou côté joues bien rouges à force de claques côté catho de gauche.

    La confusion est complète si l’on ajoute la confusion entretenue entre racisme et religion. Comme par hasard on abandonne totalement les populations chrétiennes arabes, on leur refuse notre hospitalisté et nos visas, on ne se fait que faible écho inaudible de leurs de leurs malheurs, tenant pour négligeable leurs persécutions par les musulmans, la destruction de leurs églises, et leur assassinat. Ils sont pourtant arabes, mais d’abord chrétiens aux yeux de nos tordus de politiques, donc coupables de quelque chose, comme nous ; là où le musulman est forcément notre victime à qui l’on doit tout. Rien que cela démontre que le racisme actuel n’est pas racial mais culturo-religieux, donc identitaire.

    Franchement les arabes chrétiens ne me dérangent pas, et je les accueillerais volontier en pagaille. Pourquoi ? Parce que leur religion chrétienne ne leur dicte pas de nous conquérir et détruire de l’intérieur comme c’est inscrit dans l’Islam pour ceux qui en adoptent la traduction obscurantiste, majoritaires aujourd’hui parmi les activistes en cause dans l’islamisme. Non seulement ils ne cherchent pas à détruire nos valeurs, mais ils s’en rapprochent par leur chrétienté, commune à l’Europe et à une partie des populations du Moyen Orient. L’immigration des Chrétiens libanais en France au cours des guerres récentes n’a pas rempli les prisons. Ils ont travaillé ou « fait des affaires », mais ne se sont pas mis à tout casser y compris la gueule de leurs profs. Idem pour les Palestiniens chrétiens, ou même les Palestiniens, Libanais, ou Iraniens chiites, ou les Kurdes, minoritaires dans la délinquance chez nous. C’est le Maghreb et le Sub-Sahara africain qui sont le mieux représentés dans les problèmes posés par l’immigration en France. Et nouvellement les Afghans ou pakistanais migrants, qui n’ont à craindre chez eux que d’avoir été des Talibans, c’est à dire des islamistes, les gouvernements en place luttant contre ces extrémisme. Quand aux Somaliens ou Soudanais, ils ne viennent même pas pour notre pôle-emploi, mais pour notre mat de Cocagne d’aides sociales.

    Je serais curieuse de savoir, parmi les populations immigrées d’origine arabe en France ou en Europe quelle est la proportion de Chrétiens arabes parmi les populations délinquantes ou carcérales. A mon sens, ça doit être la même que pour les populations autochtones chrétiennes, soit moins d’un quart de l’effectif réel en prison, ce qui, au vu du nombres d’habitants non musulmans en `France fait du 1 à 2 %.

    Tiens à l’instant on parle du « grand remplacement » comme étant une doctrine de l’ONU : enfin c’est dit !!! « A l’âge de la technique tout est remplaçable ajoute Finkielkraut, même et surtout l’homme ».

    Non, les migrants de tous poils ne sont pas les bienvenus dans notre pays aux frontières supprimées par la finance. Qu’on s’occupe d’abord des Français, puis des étrangers qui aiment la France, ça fait déjà pas mal de monde. Les quelques milliards d’autres, que la finance s’en occupe chez eux et leurs construisent routes, hôpitaux et écoles, en bon
    de bon néo-colonialistes qu’ils sont là bas, mais pas avec nos impôts : avec les bénefs qu’ils font sur leur dos ; tout en nous envoyant leurs bras du cru pour coloniser notre économie à la baisse. Ras le bol de tout ça. Une France libre de la finance et libre de choisir qui vient chez elle, voilà ce qui lui est indispensable pour survivre à cette époque de dissolution.

  • avatar
    jacou

     » La France est en passe de devenir arabo-musulmane. »
    Désolé ? mais cela ne sera pas , pas plus que n’existeront encore toutes les divisions dues à l’errance de l’humanité en quête de son devenir , notion de devenir elle même conséquence du processus d’enfantement à sa véritable naissance et à la fin de ses histoires .

     » Que signifie l’expression « la fin de l’histoire »? Faut-il nécessairement l’interpréter à la manière de Hegel qui avait annoncé « la fin de l’art » ? Faut-il en parler comme de l’énoncé d’une crise profonde de la civilisation sur Terre?… prélude d’une profonde mutation…
    …L’Histoire de l’Humanité se déroule dans le Temps. Il importe de ne pas les confondre et de bien comprendre que le concept d’Histoire dépend de la nature du Temps. Le temps est inséparable de l’espace et de la causalité à l’œuvre dans la matière. Pris ensemble, ils sont la texture de l’univers relatif dont nous faisons partie…

    …La fin n’est que la fin d’un cycle (kalpa) et elle prélude à un nouveau cycle. Nietzsche avait trouvé dans les Veda la formule : « il y a tant d’aurores encore à venir ». Et bien, c’est cela, mais au niveau cosmique. Ni commencement absolu, ni fin absolue, mais pulsation indéfinie de la Substance primordiale (texte) jouant avec elle-même un jeu sans fin, le jeu de la Manifestation. Conformément à la dualité, commencement/fin, vont ensemble et n’ont de sens que dans le relatif. Dans l’Absolu, rien ne commence ni de finit, ce qui est, est et ne prend pas part au Temps, ce qui est, est éternel…Bien sûr, dans l’Histoire des hommes rien n’est linéaire, la route qui monte est faite de méandres. Mais on peut, comme les hommes du XIX ème croire qu’elle est nécessairement montante, de sorte que globalement on peut croire qu’elle tend vers un seul but. Ce but, ce serait la fin de l’Histoire. L’image est exaltante. L’humanité en marche, vers sa véritable destination, l’humanité qui atteint la terre promise ou on ne sait quelle lieu ou perfection…

    …Cependant, pour que l’idée ne soit pas seulement une abstraction vide, il faut qu’elle soit l’universel lui-même, c’est-à-dire l’Absolu donné absolument à lui-même dans son concept. C’est-à-dire l’Esprit lui-même. Or selon Hegel, l’Histoire, loin d’être une errance absurde de l’Humanité dans le devenir, n’est rien de moins que la parousie de l’Esprit, l’Esprit se manifestant à lui-même dans le temps. L’Histoire est l’Histoire de la Manifestation de l’Esprit dans le corps de l’Humanité.
    « L’Histoire universelle est la manifestation du processus divin absolu de l’Esprit dans ses plus hautes figures ; la marche graduelle par la quelle il parvient à sa vérité et prend conscience de soi . Les peuples historiques, les caractères déterminés de leur éthique collective, de leur constitution, de leur art, de leur religion, de leur science, constituent les configurations de cette marche graduelle »…

    … En d‘autres termes, le Dieu vivant est l’Humanité en marche. Dieu se manifeste de manière immanente dans le temps, sous la forme de l’humanité. Il n’est pas transcendant (R) au monde, mais à l’œuvre dans le monde. La symbolique christique est la clé de cette Manifestation. Chaque peuple recommence à sa manière le calvaire du Christ vers une rédemption finale qui est une réalisation en soi et pour soi de l’Esprit. « L’esprit se répand ainsi dans l’histoire en une inépuisable multiplicité de formes où il jouit de lui-même ».Il y a donc nécessairement une Providence qui conduit l’Histoire. Il n’est pas indispensable de poser la Providence à partir de la foi religieuse, car nous devons identifier la Providence à une Sagesse qui n’est rien d’autre que celle de la Raison à l’œuvre dans le monde.
    « La Providence divine est une sagesse qui, avec une puissance infinie, réalise ses fins, c’est-à-dire réalise la fin ultime, rationnelle, absolue du monde ; et la Raison est la pensée se déterminant elle-même en toute liberté ».
    Ce que la Raison cherche, c’est à produire de manière concrète les conditions de sa manifestation en tant que liberté. Parce que la Raison n’est pas ici pensée comme un simple faculté humaine, mais qu’elle est identique à l’Esprit, « L’État est l’Idée spirituelle dans son extériorité de la volonté humaine et de la liberté de celle-ci »

    Selon Kojève, la fin de l’Histoire coïncide avec la fin de l’Homme. Cela ne veut pas dire qu’une catastrophe cosmique ait lieu. Le monde naturel reste exactement le même. Ce n’est pas non plus une catastrophe biologique, l’homme reste en vie précisément seulement en tant que vivant. On pourrait ici tenter un rapprochement avec Günter Anders dans L’Obsolescence de l’homme. En d‘autres termes, aux temps posthistoriques, l’homme n’est plus un être qui agit au sens fort, mais qui ne fait que vivre. Il n’y a plus d’action fondamentale. « En fait, la fin du Temps humain ou de l’Histoire, c’est-à-dire « l’anéantissement définitif » *de l’Homme proprement dit ou de l’Individu libre et historique, signifie tout simplement la cessation de l’Action au sens fort du terme ». Cela signifie au bout du compte, la disparition des guerres… et la disparition de la philosophie !!!

    « l’anéantissement définitif » * Aussi, le concept d’anéantissement définitif signifie avant tout la fin de l’intellect. La fin de la pensée représentative par lequel l’homme s’est constitué un monde…Il n’y a pas un seul point sur la longue ligne du temps qui n’ait été un moment de création et de recréation de l’humanité par elle-même. Aucun n’est privilégié et tous ont un sens. S’il est une fin, elle est aussi instantanée que le début, chaque moment qui passe est un monde finissant. Chaque suspension vers l’avenir appelle un monde neuf au cœur du réel. Tout au plus, dans quelques moments clé, pourrait-on évoquer la fin d’un cycle et le début d’une nouvelle ère .

    … « La fin de l’histoire prend ainsi un tout autre sens : la fin c’est maintenant le but, ce que l’homme, ce que l’humanité visent, ce qu’ils attendent ou ce qu’ils veulent atteindre. La fin de l’histoire, c’est la fin de nos malheurs, de ces malheurs dont nous ne nous trouvons pas responsables, qui nous arrivent, nous tombent dessus ». Auparavant, l’humanité était, sous la coupe de ses mythes culturels, convaincue que la cause de ses malheurs « provenaient d’une faute commise au début des temps ». La tradition judéo-chrétienne a solidement installé le récit du péché originel. Avant elle, dans la religion grecque, la puissance du Destin étaient remise entre les mains des Forces de la Nature et remontait « à une lutte entre de divinités bonnes et mauvaises, à une fatalité aveugle ». Pour la résolution de son drame, l’humanité espérait donc l’intervention d’une puissance extérieure et un miracle. « Un tour de la roue du sort ». Telle était l’empire des récits culturels de la religion…

    « Qu’est-ce qu’une vie humaine vraiment bonne ? Ce n’est pas facile à préciser. Ce que nous pouvons en dire, nous le formulons en des termes négatifs : nous ne voulons pas de la peur, de l’oppression, de la souffrance, du malheur, de l’insécurité, de l’ignorance etc. Mais à travers ces négations, ce que nous cherchons, c’est le suprêmement positif : l’épanouissement de la liberté, de la bonté, de la paix, de la joie, de la confiance, de l’amour etc. Rien de tout cela ne peut être planifié dans le temps. Ce que nous pouvons par contre, c’est tout faire pour enlever les obstacles qui nuisent à la réalisation de ce qui est suprêmement positif. On ne peut pas « faire » le bonheur, mais il est tout à fait possible de « faire disparaître les causes et raisons du malheur, de l’injustice, de l’oppression, du besoin matériel, du manque» etc. Le contentement du bonheur vient de lui-même, sans que nous le cherchions. …

    « Ce que chacun a connu et connaît aux moments où il rencontre la nature belle, l’art, la poésie, la vie dans la présence de l’esprit et du sentiment l’être humain dans l’amour – ces moments où il n’est plus intéressé, n’attend rien, ne craint rien, mais est tout présent à la présence».

    En définitive, explique Éric Weil, la fin de l’Histoire, « c’est la fin de l’oppression qui empêche les hommes de se tenir ouverts pour ce qui est, en droit d’humanité, toujours à leur disposition». Elle ne signifie pas « qu’aucun homme ne sera malheureux ; elle signifie que le malheureux aura voulu son malheur et que tout homme, à seule condition de le vouloir… sera heureux». C’est donc une manière de dire que la fin de l’Histoire est l’avènement de la responsabilité intégrale à l’égard du libre-arbitre qui est le nôtre. Ce qui ouvre des perspectives remarquables. »

    – La fin de l’histoire – Serge Carfantan http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/histoire5.htm

  • avatar
    Revolta

    De la Bretagne à Moscou vous pouvez désormais apprendre à nager dans les « Ecoles de sirènes ». C’est beau, c’est sain, c’est Européen par la mythologie attachée à la sirène, j’aime j’aime j’aime !!!
    Ca vous change d’une actualité toujours marquée par la violence. Encore une chance pour la France qui va nous manquer ! Fiché délinquant et fiché S, pas de problème, ça court sur pattes en toute liberté et ça tire sur les femmes. Cette fois- ci on ne lui offrira pas de hamster pour se calmer : cia matcho !

  • avatar
    le journal de Personne Auteur du billet

    Bien vu Revolta,
    Et juste pour le fun, plus vous vous rapprochez de la philosophie et plus vous vous en éloignez.
    Traduit philosophiquement, cela veut dire que vous devenez Sage, ce qui est le futur désirable de tout philosophe… se débarrasser des folies du monde.
    Vous n’êtes dupe d’aucun camp… ni du leur, ni du vôtre.
    J’envie vos lecteurs.

    Personne

  • avatar
    Revolta

    Ah Personne, Merci pour votre bienveillance.

    Je reviendrais pour votre dernier billet, mais à l’instant j’entends le meeting de Marine à Metz, alors j’y vais. Cet après midi j’ai pris le temps d' »écouter Mélanchon sous sa Marianne de bronze à rameau d’oliivier : c’est le meilleur, vraiment… Pourquoi pas sa VIème République, du moment qu’il nous débarrasse de la clique. Son humanisme est touchant, son lyrisme aussi, je crois qu’ll pleurait à l’intérieur en clamant du Victor Hugo. il a eu aussi une larme pour les animaux, êtres sensibles, peut-être un accord avec des verts. C’est un honnête homme. Hamon devrait le rejoindre, à deux ils pourraient être au deuxième tour. Ah les pires ce sont bien ces socialos de merde qui ont foutu le camp chez Macron : tu parles d’une gauche ! Avant je croyais que Fillon me consolerait de Marine… tombée de haut, Mélanchon le remplace dans mes voeux, si Marine ne passe pas. Quand à ce pauvre Hamon on dirait un petit rat de bibliothèque du siècle dernier, charisme zéro pointé ! il a appris à faire des ronds avec ses petits bras pour exprimer « rassembler », c’est pitoyable : on dirait un paralytique en rééducation. Bon, à bientôt, Personne

  • avatar
    Tony

    Revolta vous devenez révolutionnaire attention a vous , vous voudriez Fraternisé avec des sœurs et frères du sud de morceau de terre
    goutter au terreau qu il fabrique et dont il fulmines , je vous prendriez bien au mot , je connait des gens qui aurez bien besoin de vos toi !
    ses une responsabilité énorme , bien des fois les ombres coupes la lumière , il faut sans arrêt réalumé , réanimé
    vous seriez prete a risquer votre vie a la vue des autorité qui n aime pas qu on s occupe des affaire qu il ne s occupe pas et sont en panique par manque de choix judicieux et préfère les justiciables
    Un Papa Breton , tete de con c est vue cerner par les policier parsqu il fesez traverser des familles entiere chez les petit breton d en face , petit car de leur ile ils on aussi tout colonisez mais l on oubliez et on tout pillés et continue avec le lire , ceux n est pas notifier dans leurs livres , le mec risque 5 ans de prison pour avoir aider des familles a rejoindre leur clan
    l histoire humaine c est roc et rolls attitudes

    https://www.youtube.com/watch?v=gj0Rz-uP4Mk

    l histoire des sirènes , dans les champs , elles vises presses les lol

    Jah est la maison lol c est que l humain et c est morceaux , un promeneur c est dans terre
    fraternel salutation
    en meme temps de Gaulle risquer la peine de mort quand il a traverser , vi ok s était une autre perd de manche
    le Pape vi mais dépend ânes hi

    https://www.youtube.com/watch?v=TuvmVM6N1Oo

    les mains du diable , baisés nous somme , en vérité on l embrasse assez souvent de tout temps , ya des caprices dans les dieux , si puissant on leur demande aux âmes de déposez par les cœurs l espace de dépassez toutes c est injustice que chaque etre peut subire , mais ses difficile dieu ou les dieux n entendes que des prières , et peu de fait
    moi suis un vrai diable mon émoi ma folle comme autre fois , jean pète de joie cas chaque fois un espace s ouvre pour quelques tois
    mais on peut démissionner cela dépend des fois

    Démission à l’ONU après un rapport sur l’« appartheid » d’Israël

    http://www.ouest-france.fr/monde/organismes-internationaux/onu/demission-l-onu-apres-un-rapport-sur-l-appartheid-d-israel-4866127

    c est la nature , non ses la pression , l impression que tout est con fusionnées
    l humain cherche en se baladant comme le mendiant et ses amour , ecclésiastiques dans c es pratiques que des l or il a trouver l aimant , le conducteur a c est heurts

    Un élu FN suggère de « récupérer les dents en or » des Roms pour financer leur accueil

    http://lelab.europe1.fr/un-elu-fn-suggere-de-recuperer-les-dents-en-or-des-roms-pour-financer-leur-accueil-3005519

    sourrissé jean est pas encore vue des mines en c est gens , tous plomber comme les notre d ailleurs dedans

  • avatar
    Gaëlle

    coucou Revolta ! : ouais, Mélenchon est brillant, fort et sincère, tu peux y aller à fond camarade ! 😀


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER