Je fais moi-même mes comptes… mais ce sont toujours des contes de fées…
Au présent perpétuel…
Mais il y a toujours quelqu’un pour vous sortir de cette pensée magique… et de vous obliger à poser un pied dans le réel…

C’est quoi ce vacarme ?
Ce sont les étudiants canadiens qui hésitent à prendre les armes
Et pourquoi est-ce qu’ils hésitent ? Parce que les uns prétendent que les carottes sont crues et les autres qu’elles sont cuites. Parmi eux, il y en a qui craignent le bâton, ignorent que c’est le bâton qui les craint… etc…etc…etc…
Ils cherchent l’entrée… en crise et on n’arrête pas de leur montrer la sortie.
Ils veulent la guerre et n’ont que faire du moindre traité de paix. La guerre à l’argent, la guerre aux bouffons… la guerre aux puissants. Ils se sont enfin rendus compte… que leur pire ennemi, ce n’est ni l’état dans tous ses états ni tout l’arsenal des lois liberticides mais l’individu… l’individualisme de toutes ces coquilles vides et avides à la solde du modèle américain.
On me dit :
« De quoi je me mêle ?
Il ne s’agit pas là de canada dry mais d’un gin pas tonique qui ne peut pas être digéré par une héritière de mai68. »

N’empêche que je ne peux m’empêcher de dire, que si j’étais Vous… j’arrêterai toute étude.
Un atermoiement illimité… Jusqu’à ce que les autorités daignent ouvrir gratuitement les portes de toutes les facultés… à tous ceux qui veulent bien les remplir

Share Button