P est Q
Retenez bien ces deux lettres de l’alphabet P est Q
Un sujet, un verbe et un complément
Et quel verbe ?
Le verbe être s’il vous plaît
Le verbe être même si ça vous déplaît
P est Q
Deux particules qui servent de base pour toute logique élémentaire
Deux lettres abstraites, tirées de quelque part
Pour signifier quelque chose de très concret
P est Q
P comme Personne… Q comme quelqu’un, c’est ce que je me dis pour noyer le poisson…
P joue le rôle de sujet, auquel on attribue Q pour le qualifier
C’est la vie, avec des sujets et des attributs reliés par un être toujours déjà présent
P est Q
On dirait mais on ne le dira pas : deux notes de musique, deux couleurs, un ton sur ton…
Deux vers extraits d’un poème sur l’univers
P est Q

Le drame de toute pensée c’est qu’elle ne peut s’en empêcher… de juger… de déjuger…
P est Q parce que la messe doit être dite
Nous avons besoin de juger ou de déjuger le monde dans lequel on vit
P est Q parce que ça doit être dit
Notre constitution l’a bien prévu… parce que c’est et ce sera toujours incontournable !
LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
Juger pour exercer notre fonction de sujets quitte à traîner dans la boue d’autres sujets. On peut tout dire de tout et nul n’a le droit de nous en empêcher !
P est Q

On peut se tromper… et tromper les autres par la même occasion… mais c’est un moindre mal.
Parce que le mal absolu, c’est la censure ou l’autocensure. Le mal absolu c’est d’imposer ou de s’impose quelque retenue.
Parce que l’enjeu c’est la liberté…
No limit holdem … pour la liberté d’expression, toutes les surenchères sont les bienvenues parce que la moindre restriction risque d’engloutir l’essence même de tout existant : liberté d’impression et d’expression qui sont les deux faces de la même médaille : la liberté de penser.
P est Q et advienne que pourra
P est Q parce que le jugement le plus erroné est moins nocif qu’une liberté verrouillée
P est Q
On peut songer aux propositions les plus absurdes :
Comme
La terre est ronde… sans doute
Le ciel est gris… un doute
Socrate est pédophile… deux doutes
Dieu est mort… trois doutes

Marine est une riche héritière… c’est Éva Joly qui le dit… Marine a porté plainte… Éva a été relaxée. Le plus à plaindre c’est le tribunal qui a statué et l’office qui a reçu la plainte en considérant que la plainte était recevable!
P est Q cela veut bien dire quelque chose… qu’on ne peut pas intenter un procès à la liberté d’exprimer que nous sommes libres de s’exprimer et d’exprimer l’inexprimable…
La liberté est un danger
Votons pour celui ou celle qui peut la protéger
P est Q
Les mauvaises langues auront avec ces deux lettres, au moins de quoi se torcher …

Share Button