Laissons tomber les masques et regardons les choses en face
Marine Le Pen sera au deuxième tour…
Pour les observateurs, une seule galère, un seul mystère :
La couleur de l’adversaire : la droite lâche ou la tâche à gauche.
La droite est lâche Depuis quand ? Depuis qu’on a décidé d’ouvrir les yeux
J’affirme qu’elle est plus Lepeniste que marine, plus mariniste que Le Pen…
On nous a dit que la droite fait les yeux doux aux électeurs frontistes
Qu’elle muscle toujours son jeu à la veille des élections pour voler les voix de l’extrême droite
Ce n’est pas la vérité… la droite ne cherche pas de nouveaux rivages mais à montrer son vrai visage… celui de l’extrême droite. Mais elle n’a pas le courage de s’affirmer en affirmant les mêmes thèses : Celles de Marine qui ne fait rien d’autre que lui permettre d’afficher sa vraie couleur… d’affirmer ses vraies valeurs…
Moralité qui se moque de la morale : il n’y a pas d’autre droite que l’extrême droite.
Pas d’autre tétine que Marine. Prétexte idéal pour faire défiler le texte réel.

Quant à la tâche à gauche, c’est un peu plus complexe. Aucun rapport sérieux entre la gauche et l’extrême gauche. Là il y a un vrai fossé… la gauche n’a même plus le cœur à gauche… c’est une rose qui n’est même pas foutue d’être rouge !
Je l’appelle la Gauche Bayrouth… qui va de Villepin à Hollande en passant par Bruxelles avec les yeux rivés sur le centre de partout et la circonférence de nulle part, parce que ces gens là, monsieur, ne sont nulle part et ne veulent aller nulle part… ils sont juste bons pour l’alternance… le mouvement pendulaire entre eux et eux-mêmes.
Ils veulent le pouvoir… parce qu’ils ne savent pas ce que c’est que vouloir.
Plutôt que gagner le ciel, ils préfèrent perdre en gardant les pieds sur terre. C’est une façon de parler pour dire qu’ils n’ont plus d’idéal…

Share Button